Sante-maladie.fr » Santé » Liposuccion : quels sont les effets secondaires ?

Liposuccion : quels sont les effets secondaires ?

La liposuccion est l’un des actes de chirurgie esthétique les plus pratiqués dans le monde. Le principe est de débarrasser le corps des graisses en plus quel que soit leur endroit : cuisses, culotte de cheval, genoux, mollets …tout y passe. Ces amas de graisses sont souvent très profonds tels que la cellulite, de ce fait ils sont résistants aux régimes amincissants. La liposuccion ou lipoaspiration est l’alternative idéale par rapport aux techniques lourdes de chirurgie laissant derrière elle des cicatrices et des complications importantes. La liposuccion permet d’aspirer des adipocytes de la zone souhaitée, donc de maigrir de cette zone; cependant il est possible que la graisse se stocke ailleurs ce qui nécessite un bon suivi et un accompagnement par un régime alimentaire.

Quelles sont les approches chirurgicales d’une liposuccion ?

  • L’administration d’un sérum d’adrénaline est nécessaire pour assurer une vasoconstriction des vaisseaux pour éviter les hémorragies et procéder à un retrait d’une plus grande quantité de graisse.
  • L’utilisation des fines canules avec un embout de mousse permet de ne pas traumatiser les tissus et d’obtenir des résultats plus harmonieux et éviter ainsi toute irrégularité.
  • La localisation exacte des tissus à aspirer est notamment impérative pour éviter toute possible complication.
  • Le contrôle de la tension artérielle par l’anesthésiste est primordiale. Il est également impératif d’éviter toute autre intervention chirurgicale le même jour (risque de majoration des pertes de sang).
  • La liposuccion peut être pratiquée en deux temps pour éviter de retirer une trop grande quantité de graisse à la fois.
  • Le port de bas de contention et la prise des traitements anticoagulants en adjuvants est fortement conseillée.

Quels sont les risques de la liposuccion ?

Il existe un nombre important d’effets indésirables à connaître; certains sont bénins et finissent par disparaître au bout de quelques semaines tandis que d’autres sont durables et risquent de constituer un réel danger pour la santé.

  • Les effets bénins à connaitre sont : les œdèmes qui disparaissent au bout de trois mois environ, les sensations de douleur au niveau des zones aspirées dont le patient va être soulagé par la prise d’antalgiques; l’engourdissement peut persister quelques mois.
  • Les effets plus graves sont quant à eux: un risque d’infection rare vu l’absence d’incisions mais non impossible. Une lésion des nerfs qui provoque la diminution considérable de la sensibilité. Les embolies pulmonaires et phlébites sont également à prendre en considération. Le risque de ces dernières est majoré par la présence d’un antécédent d’insuffisance veineuse ou de prise de pilule par exemple. Un levé précoce et un retrait important de graisse qui peut être à l’origine d’une anémie sont également des facteurs de risque d’où l’importance des traitements anticoagulants cités auparavant.